29/08/2006

Marcel Levaux (3)

LE SUFFRAGE UNIVERSEL EN BELGIQUE

En 1830, le Congrès national chargé de rédiger la Constitution de la Belgique comprend 200 membres. Ceux-ci ont été choisis par 40.000 électeurs. Alors que la population du pays s'élevait à l'époque à 4.000.000 d'habitants !

Il instaure le vote censitaire : seuls les riches voteront.

Ce régime électoral s'est maintenu jusqu'en 1893 : 62 ans !

Il a été remplacé par le vote plural. Pour la première fois en 1894, tous les belges de sexe masculin et de plus de 25 ans ont pu voter. Les femmes étaient exclues du corps électoral. Il faut ajouter que ce système "plural" adopté à l'époque accordait une voix supplémentaire aux titulaires de diplômes et une autre aux pères de famille de plus de 35 ans jouïssant d'une certaine aisance. Il y avait donc des citoyens à une, deux ou trois voix. L'inégalité politique reflétait l'inégalité sociale.

Ce régime a duré jusqu'en 1919, 26 ans !

Le suffrage universel pur et simple pour les hommes de plus de 21 ans a été acquis en 1921. C'est une avancée décisive, mais incomplète, les femmes, soit plus de la moitié de la population, sont toujours exclues de ce droit au niveau national. La loi du 15 avril 1920 les autorisait seulement à voter aux élections communales.

Ce régime a encore duré 29 ans, les femmes ayant obtenu le droit de vote en 1948 pour les élections législatives.

Les citoyens d'origine étrangère qui représentent 10 % de la population, essentiellement des travailleurs, n'ont toujours aucun droit de vote. Sauf ceux qui ont réussi le parcours kafkaïen du combattant que fut et reste l'acquisition de la qualité de "belge" soumise presque sans recours à l'appréciation discrétionnaire de la police des étrangers.

23:58 Écrit par Jacques Chevalier dans Documentation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.