29/11/2006

Du bois dont on se chauffe à Noël

Cheratte-Haut : Sapins en fêteS

 

C’est donc le samedi 9 décembre qu’aura lieu cette activité concoctée par les animateurs de l’ACPR, du PAC de Cheratte et de l’asbl « Li Tchératî dès 11 h au Tchératî, rue aux Communes, 37 à Cheratte-hauteurs.

 

Les sapins à l’honneur :

Saviez-vous que jadis les Romains décoraient leurs foyers de branches de sapin lorsqu’ils fêtaient Saturne ? Durant la période du 17 au 24 décembre, dans les maisons, les esclaves prenaient la place de leurs maîtres qui devaient les servir à table.

Les scandinaves plaçaient un sapin devant leurs abris pour que les esprits les protègent du grand froid.

La signification du sapin d’hiver a changé au fur et à mesure des siècles, mais toujours a représenté la symbolique des richesses que l’on trouve dans la nature, la lumière, les fruits, les cultures, la forêt et la mer. Noël ne serait pas Noël sans le traditionnel sapin !

Au départ pour le décorer on y accrochait des pommes, des confiseries et des petits gâteaux à ses branches. L’étoile qui brille à son sommet annonce la fin du voyage (les Rois Mages chez les chrétiens), le havre de paix.

Au XIe siècle, autour du Sapin, on représentait des scènes appelées « Mystères » dont celle du « Paradis » fort populaire durant l’avent. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l’arbre du paradis.

Peu à peu, dès le XVe siècle, les sapins commencent à entrer dans les maisons, le 24 décembre, jour de la fête d’Adam et Eve, dans des pots ou cloués sur des croix de bois.

On trouve des traces du « sapin de Noël » au XVIe siècle su le parvis des églises et il fallut réglementer la coupe des arbres dès ce moment pour limiter les abus et respecter l’environnement, des pépinières ont alors été créées sous la direction des gardes forestiers.

Auparavant on décorait les maisons plutôt avec des branches de différentes espèces : le houx, le gui, l’aubépine dans les pays celtiques. L’épicéa, le pin et le buis dans les pays scandinaves et germaniques, le laurier et les branches de sapin autour des Vosges ou au sud de l’Allemagne. C’est dans cette région que s’est développé le travail artisanal du bois de sapin, c’est le pays du Noël allemand classique. La coutume du sapin de Noël est née en Alsace au début du XVIIe siècle. Pour la première fois on présentait un sapin entier sur la Grand Place de Strasbourg avant qu’il ne prenne de plus en plus sa place dans chaque demeure familiale.

Un peu d’histoire donc pour ce fameux sapin qui sera la vedette de la fête le 9 décembre. Quelques sapins y seront décorés par diverses associations de Cheratte et d’ailleurs.

Et comme c’est une fête il y aura des choses à voir et déguster. Des peintures mais aussi des photographies, de l’artisanat et plein de bonnes choses à manger et à boire d’un peu partout, d’ici et d’ailleurs dans la galerie du Tchérati de 11 h à 18 h, ensuite (sur réservation au04/362.16.36) on pourra apprécier les charmes de la gastronomie Polonaise avec le « Bigos », une variété typique de choucroute (10 € le couvert) ou encore le « Golâbki », c’est du chou farci à la viande hachée (8 €) et pour ceux qui préfèrent des mets plus classiques le Tchérati prévoit comme d’habitude son « spaghetti bolognaise » à 7 € le couvert.

Invitation à toutes et à tous !

 

Myriam Piron & Jacques Chevalier (ACPR Cheratte)

Cédric Papageorgiu (PAC Cheratte), Guy Josse (Asbl Li Tchérati).

23:39 Écrit par Jacques Chevalier dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.